Téléchargez le 1er dépliant de campagne.

photo_depliants-web

Dépliant_République-Partout-Pour-Tous.pdf [2,5 Mb]

picto_7durhone | Découvrez votre Circonscription

 

Grace à la carte interactive ci-dessous, retrouvez les informations fondamentales sur la ville dans laquelle vous votez. L’emplacement de votre bureau de vote le 11 juin 2017 et les grands enjeux faisant de votre vote pour Alexandre Vincendet une participation capitale pour l’évolution de votre vie dans cette circonscription.



Suivez toutes les dernières interventions

Découvrez la page Facebook de M. le Maire de Rillieux-la-Pape. Cliquez sur j’aime et restez informés au plus près !

 

 

 

 

Par décret, il y a quelques jours, le Gouvernement a annulé en catimini 300 millions d'euros de crédits d'investissement en direction des collectivités locales et principalement de celles concernées par la politique de la ville.

On dit souvent que le moteur de l'investissement public est porté par les collectivités et que supprimer les financements de l'Etat va freiner ces dépenses, et donc les emplois qui vont avec. Le mieux est encore de le montrer.

Pour le seul été 2017, voici un échantillon des travaux que j'ai pu visiter la semaine dernière, tous sont au moins partiellement financés par de l'investissement public. Je ne suis pas certain que le Gouvernement soit vraiment conscient du mal qu'il fait à l'emploi et à la qualité de vie des citoyens en supprimant en cachette ces crédits.

On peut donc voir sur les photos la nouvelle salle du Capitaine Julien, l'accueil Marcel André, le parking attenant à la maison médicale de Crépieux, le ravalement de la façade de l'école des Alagniers, les fondations du bâtiment Hulotte au centre aéré des Lônes.

Ce ne sont que des "petits" travaux, je ne parle même pas de la médiathèque, du cinéma, de la piscine, du Bottet, des balcons de Sermenaz ou d'Osterode, mais simplement de travaux qui améliorent le quotidien des habitants et des usagers, souvent des plus jeunes d'ailleurs et qui sont financés par de l'argent public de la Ville, de la Métropole, de la Région et bien entendu de l'Etat.

Au passage, combien de personnes en insertion, combien d'ouvriers travaillent sur ces chantiers et peuvent croire en l'avenir? Si les financement disparaissent, que deviendront ces personnes et les entreprises qui les emploient?

Le Gouvernement semble ne pas comprendre l'importance de ces investissements, alors le mieux est de lui montrer quelques photos...
... ExpandVoir Moins

Voir sur Facebook

5 € de moins pour les APL, une exonération de l'ISF pour les revenus boursiers... Est-ce vraiment pour cela que les électeurs ont donné une majorité à Macron?

L'annonce est tombée, implacable: les allocataires de l'APL verront leur pouvoir d'achat amputé de 5 € par mois dès la rentrée.

Je lis ici et là les commentaires qui tentent de nous persuader que 5 euros, ce n'est pas grand chose, on entend même des députés de la majorité affirmer qu'il ne faut pas se plaindre...

Mais de qui se moque-t-on? A Rillieux la Pape, je cotoie, je rencontre et j'essaie d'aider au quotidien des allocataires des APL pour qui 5 €, ce n'est pas "rien". Le RSA socle est d'à peine 500 € par mois, lorsqu'on y retranche 5 €, c'est 1% de pouvoir d'achat en moins, et ça n'est pas "rien", loin de là!

Les habitants des quartiers populaires vivent parfois avec très peu: leur retirer 5 euros par mois tout en exonérant d'ISF les revenus boursiers est un signal tout simplement méprisant.

La Députée de la circonscription est issue des quartiers populaires, en tout cas, c'est ce qu'elle se plait à affirmer quand elle daigne s'exprimer. Elle ne peut pas ignorer l'effet dévastateur de cette annonce estivale, elle ne peut pas ignorer que 5 €, c'est un repas en plus ou en moins, 5 €, c'est ce qui permet de payer un loyer ou de ne pas le payer et d'entrer dans une spirale de misère.

Et que répondent les éléments de langage que l'on fournit à notre Députée? Que la taxe d'habitation va être supprimée, ce qui compensera cette perte! Parce que vous pensez sérieusement qu'un allocataire du RSA est asujetti à la taxe d'habitation? Et concrêtement, en privant les communes de revenus avec la perte de la taxe d'habitation, quelles seront les conséquences sur les ménages les plus modestes? Moins d'investissements, moins de services...

Comment peut-on mépriser les pauvres à ce point? Comment peut-on ignorer à ce point la détresse des classes populaires?

J'ose espérer que le Gouvernement comprendra à quel point cette violence sociale est insupportable et à quel point le message envoyé fait d'Emmanuel Macron l'inverse d'un Robin des Bois: un homme qui prend aux pauvres pour donner aux très riches...
... ExpandVoir Moins

Voir sur Facebook

La recrudescence de voitures brûlées sur la Métropole de Lyon n'épargne hélas pas Rillieux-la-Pape. Elle fait suite - ce n'est pas un hasard - à de nombreuses arrestations pour trafic de stupéfiants ainsi qu'à des confiscations de deux roues pratiquant des rodéos.

Ces actes sont le fait de lâches qui touchent en premier lieu les personnes les plus modestes qui perdent leur véhicule alors qu'il s'agit le plus souvent de ce qui leur permet de vivre au quotidien.

Ces actes ne font que renforcer notre détermination et nous poussent à poursuivre les investissements en matière de sécurité, mais aussi en matière de prévention.

Dans cette lutte nous ne sommes hélas pas aidés puisque le budget des forces de sécurité et de la justice va encore être amputé cette année.

Malgré cela, même si nous sommes esseulés, vous pouvez compter sur notre détermination sans failles pour venir à bout de ce fléau.

Toutes nos pensées vont vers les victimes: nous ferons tout pour trouver et faire payer les coupables de ces délits qui nous pénalisent tous.
... ExpandVoir Moins

Voir sur Facebook

Photos / Vidéos

Vidéo à la Une

Biographie

vincendet_alexandreAlexandre Vincendet, né le 6 octobre 1983 à Ambérieu-en-Bugey, est un homme politique français membre du parti Les Républicains.
Il a suivi des études de droit et Science politique. Il est diplômé en Stratégies et Décisions Publiques et Politiques de l’Institut supérieur du management public et politique (ISMaPP Paris).

Engagé dans la vie politique en 2004 auprès d’Etienne BLANC DéputéMaire de Divonne-les-Bains. Il s’est tout d’abord impliqué comme militant dans l’Ain et a contribué à de nombreuses campagnes électorales auprès d’élus de rang régional et national dont Jean-François Copé,  comme chargé de mission à la Direction des Fédérations puis responsable des adhésions au plan national du parti Les Républicains). Il a rejoint en 2013 Philippe Cochet, députémaire de Caluire-et-Cuire auprès duquel il a travaillé durant plus d’un an comme chargé de mission, il a notamment coordonné les événements de l’année de la commémoration Jean Moulin.

En mars 2014, sept mois après son investiture, il remporte les élections municipales à Rillieux-la-Pape. Le 30 mars 2014, il est élu maire avec 48.79% des voix.

Le 14 janvier 2017, il reçoit l’investiture de son parti Les Républicains pour l’élection législative des 11 et 18 juin 2017 dans la 7ème circonscription du Rhône rassemblant les villes de Bron, Rillieux-la-Pape, Sathonay-Camp Sathonay-Village et Vaulx-en-Velin.

Alexandre Vincendet vit en couple et est père d’un enfant depuis 2016.

BT_Agenda

 

 

L’agenda des mois à venir:

Qu’est-ce qu’un député: quel est son rôle ?

 

Découvrez ou redécouvrez les missions de votre député

 

Un député en France est un élu qui siège à la chambre basse du Parlement, actuellement l’Assemblée nationale et anciennement l’Assemblée législative et la Chambre des députés. Depuis 1988, son élection — ainsi que celle de son remplaçant éventuel — se fait au suffrage uninominal universel direct dans le cadre des élections législatives qui se déroulent dans 555 circonscriptions en métropole et 22 circonscriptions outre-mer.

Jusqu’aux premières élections européennes au suffrage universel direct du Parlement européen, les députés européens étaient des députés nationaux envoyés pour siéger au Parlement européen pendant les sessions de la législature ; ils avaient donc un double mandat. Désormais, le cumul des deux fonctions n’est plus possible.

Sommaire

Description

Chaque député, bien qu’élu dans un cadre géographique déterminé, est le représentant de la Nation toute entière. Ainsi, à l’Assemblée nationale et dans sa circonscription, chaque député agit et parle au nom de l’intérêt général et non pas au nom d’un parti politique, d’un groupe d’intérêt ou d’une région et il n’a pas de mandat impératif1. La représentation des collectivités territoriales au niveau parlementaire est assurée par l’autre chambre du parlement (dite chambre haute), le Sénat, où siègent les sénateurs.

Son travail s’exerce à la fois à l’Assemblée et dans sa circonscription. Dans sa circonscription, le député est à l’écoute de ses concitoyens qu’il peut recevoir et également visiter. Il se fait l’écho de leurs préoccupations à l’Assemblée pour critiquer et faire progresser la législation et améliorer son application2.

Histoire

L’origine de la fonction de député remonte à l’Ancien Régime, avec l’institution des assemblées d’états généraux par Philippe le Bel en 1302. De telles assemblées étaient l’incarnation suprême du principe de « gouvernement par conseil » du Roi.

Assemblés par ordre (noblesse, clergé, tiers état), les députés étaient élus dans les bailliages et sénéchaussées du royaume et portaient dans des cahiers les doléances des habitants de ces circonscriptions (sorte de référendum par députation). Ils avaient donc un mandat impératif, raison pour laquelle on parlait de députés, et non de représentants.

Au début de la Révolution française, au sein des États Généraux convoqués par Louis XVI, une majorité de députés outrepassent radicalement cet ordre politique par deux décisions majeures qui bouleversent les principes jusqu’alors en place :

  • Ils transforment leur mandat impératif en mandat représentatif (naissance du gouvernement représentatif et abandon du système de doléances) ;
  • Et ils s’autoproclament « représentants de la nation assemblée » (d’où la notion d’Assemblée nationale), et non plus de leur seule circonscription.

À noter que, malgré l’abandon du mandat impératif d’Ancien Régime, le terme traditionnel de député a improprement été conservé par le système représentatif, alors que le terme de représentant (comme aux États-Unis) lui serait plus approprié.

Privilèges et immunités

Article détaillé : Immunité parlementaire en France.

En application de l’article 26 de la Constitution, le député, comme le sénateur, bénéficie d’un régime d’immunité parlementaire, qui peut être levée par le bureau de l’Assemblée nationale.

Incompatibilité

Les incompatibilités prévues pour les députés français sont de plusieurs ordres : l’article LO 142, du code électoral, a une clause générale qui interdit l’exercice des fonctions publiques non électives parlementaire ; il est une formulation appuyée sur une « jurisprudence administrative sur la notion de « service public » qui permet à peu la rigueur de l’interprète »3.

Indemnités et prérogatives diverses du député

Le député jouit de moyens matériels et financiers attachés à sa fonction4 : outre son « indemnité parlementaire » (5 246,81 euros net par mois, 7 100,15 euros brut), il bénéficie aussi d’une « indemnité représentative de frais de mandat » (IRFM, 6 412 euros/mois), pour payer les frais liés à son mandat, et d’un « crédit collaborateur » (jusqu’à 9 138 euros/mois), pour rémunérer un ou plusieurs assistants en poste à l’Assemblée. Il dispose également d’un bureau personnel, dont quelques-uns se trouvent encore dans l’enceinte du palais Bourbon mais la plupart sont situés au no 101, rue de l’Université, dans un édifice qui a été nommé immeuble Jacques Chaban-Delmas le ainsi que dans un immeuble situé au 3, rue Aristide-Briand, en face du Palais Bourbon. L’immeuble situé au no 233, boulevard Saint-Germain, acquis en 1983, n’abrite plus de députés, mais différents services de l’Assemblée ainsi que certains collaborateurs des groupes politiques. Le député bénéficie aussi de divers avantages en matière de transports, comme la gratuité des trajets SNCF en 1re classe, et de communications, d’une couverture sociale, d’une caisse vieillesse et d’une assurance chômage spécifiques.

La « réserve parlementaire » est une somme fléchée annuellement par les parlementaires d’un montant de base de 130 000 € sous le contrôle du rapporteur de la commission des Finances5. Son montant total est de 90 millions d’euros pour l’Assemblée nationale et 55 millions pour le Sénat en 20066. Le montant par député était jusqu’en 2012 très variable, de quelques milliers d’euros pour les nouveaux membres du Parlement jusqu’à dépasser 1 000 000 euros. L’affectation de cette réserve est à la seule appréciation des parlementaires. Elle est utilisée pour cofinancer des projets de collectivités territoriales ou d’associations5,7.

Depuis 2011, les parlementaires peuvent consulter le Déontologue de l’Assemblée nationale pour éviter les conflits d’intérêts8. Ce dernier et le président de l’Assemblée nationale proposent d’encadrer et d’assurer la publicité de l’action des clubs parlementaires qui sont animées par des entreprises de relations publiques9. Créée en 2013, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) contrôle les déclarations de patrimoine des élus10.