Téléchargez le 1er dépliant de campagne.

photo_depliants-web

Dépliant_République-Partout-Pour-Tous.pdf [2,5 Mb]

picto_7durhone | Découvrez votre Circonscription

 

Grace à la carte interactive ci-dessous, retrouvez les informations fondamentales sur la ville dans laquelle vous votez. L’emplacement de votre bureau de vote le 11 juin 2017 et les grands enjeux faisant de votre vote pour Alexandre Vincendet une participation capitale pour l’évolution de votre vie dans cette circonscription.



Suivez toutes les dernières interventions

Découvrez la page Facebook de M. le Maire de Rillieux-la-Pape. Cliquez sur j’aime et restez informés au plus près !

 

 

 

 

J'ai expérimenté hier la tenue d'une cellule de crise suite à l'accident de car qui a fait plusieurs blessés dans le Jura.

Nous n'avons pas de décès à déplorer au moment où j'écris ces lignes ce qui, compte-tenu de la nature de l'accident, tient du miracle (je ne publie pas de photos, elles sont sur le site du Progrès notamment).

Je voulais donc remercier les services de secours et les services de l'Etat et notamment le chef de cabinet du Préfet du Jura qui a tenu mon cabinet informé jusque tard dans la soirée (au passage, je salue également mon cabinet qui a joué un rôle important dans la transmission des informations entre les services de secours, la Préfecture, la MJC et les médias).

Une petite pensée pour les autorités suisses qui ont accueilli plusieurs blessés, à Lausanne et Genève.

Je voulais remercier aussi Martine Mourey, Présidente et Régis Garnon, Directeur de la MJC qui n'ont pas cédé à la panique et ont su gérer le flot des appels.

Ils sont actuellement à Arbois avec les blessés légers en attendant le feu vert pour un retour sur Rillieux-la-Pape.

Et puis, surtout, je voulais remercier la Mairie de St Lothain qui a très vite pris la mesure de l'accident et a pu organiser sur place l'arrivée des secours.

Je remercie aussi le journal Le Progrès. La presse locale peut être notre alliée précieuse dans de telles circonstances et leur édition du Jura a permis, en lien avec les éditions de Lyon, de Tassin et de la Métropole, de faire circuler très vite l'information.

Enfin, je remercie les nombreux collègues et amis qui m'ont fait part de leur soutien et de leurs inquiétudes. J'ai notamment eu de nombreux appels de la Métropole de Lyon, de son 1er Vice-Président, du cabinet du Ministre de l'Interieur et des services concernés. Cela fait chaud au coeur de se sentir épaulé dans de tels moments.

A toutes les familles et proches des victimes, je tiens à assurer du soutien dans l'ensemble de l'équipe et des services municipaux. Je souhaite un excellent rétablissement à vos proches.
... ExpandVoir Moins

Voir sur Facebook

La Préfecture du Jura vient de m'apprendre qu'un grave accident de car avait eu lieu sur la commune de Saint Lothain.

Il s'agissait de personnes âgées membre de la MJC de Rillieux la Pape en voyage culturel.

Il y aurait pour le moment 29 blessés dont 7 en état d'urgence absolue.

Afin de faciliter le travail d'information des familles, n'appelez pas directement la MJC, la Préfecture a mis un numéro d'urgence en place à destination des familles : 0811 000 639.

Toute l'équipe municipale se tient aux côtés des victimes et de leurs familles. Nous assurons la MJC ô Totem de tout notre soutien durant cette épreuve.
... ExpandVoir Moins

Voir sur Facebook

Nous étions nombreux, hier, pour ce lancement de campagne de l'élection législative pour la 7ème circonscription du Rhône!

Au moins 400 personnes dans la salle des fêtes de Crépieux ont applaudi Michel Forissier, Philippe Cochet, Laurent Wauquiez et bien entendu Nathalie Bramet-Reynaud.

J'ai eu l'occasion de rappeler à quel point il était important que le député soit ancré dans le territoire, à quel point le fait d'avoir des résultats locaux était une condition importante pour défendre notre territoire et le représenter à l'Assemblée Nationale.

Nous avons vraiment voulu impulser une dynamique et faire en sorte que les électeurs fassent le choix d'un rééquilibrage des pouvoirs.

La droite et le centre doivent retrouver des couleurs et c'est ce que je me suis efforcé de faire passer hier:

"Mesdames, Messieurs,

Nous ne sommes pas Nathalie et moi, les candidats de la France qui va bien, nous sommes les candidats de tous les français, de tous les habitants de cette circonscription.

Nous nous adressons aux habitants des quartiers populaires de Bron, de Rillieux la Pape ou de Vaulx en Velin, nous parlons aux classes moyennes et populaires de ces communes, nous parlons aux habitants des petites communes de Sathonay Camp et de Sathonay Village.

Nous parlons à toute cette circonscription, aux ruraux, aux urbains, aux agriculteurs, aux jeunes, aux retraités, aux chômeurs, aux propriétaires, aux cadres et aux ouvriers comme aux chefs d’entreprises

Nous n’appartenons pas à un cercle de privilégiés, nous ne sommes pas déconnectés du monde réel : le monde réel, c’est celui dans lequel vivent les classes moyennes et populaires, ce n’est pas celui d’une certaine élite incapable de percevoir, de ressentir le terrain et qui trinquent ensemble à la Rotonde.

Cette vision du réel, je l’ai par mon ancrage territorial, je l’ai parce qu’en tant que Maire, je vois les souffrances et les espoirs des habitants, je ressens leurs craintes, je suis confronté à la misère, à la pauvreté, à la crainte du déclassement, à l’insécurité physique, culturelle…

Cette vision du réel, au fond, c’est ce qui doit caractériser la droite. Nous avons trop tremblé, à droite, car nous n’étions plus capables de dire qui nous sommes, ce en quoi nous croyons.

Et bien cela doit changer : la droite doit pouvoir s’assumer et se rassembler autour de valeurs positives : le mérite, le patriotisme, l’esprit d’entreprise, la valeur travail, la solidarité pour ceux qui s’en donnent les moyens, la famille… Le chantier à bâtir dans notre propre camp est immense et je compte bien y apporter ma pierre !

Il est temps de passer à cette nouvelle génération de responsables politiques !

Au passage d’ailleurs, je pourrais, comme certains, être tenté par la personnalité de notre nouveau Président. Après, tout, il est jeune, dégage une certaine fraicheur, il est optimiste…

Oui, mais désolé Monsieur Macron, mais nous ne vivons pas dans le même monde, nous ne côtoyons pas le même pays ! Je suis jeune également, mais la vie de nos concitoyens, leurs difficultés et leurs espoirs, j’y suis confronté au quotidien et pas seulement en période de campagne électorale au détour d’un déplacement en immersion.

Le peuple, c’est moi, c’est vous, mais ce n’est pas lui. Pendant qu’il était associé gérant dans une banque d’affaire, je réapprovisionnais les rayons dans un supermarché pour financer mes études.

Pendant qu’il était inspecteur des finances, j’étais payé 420 € par mois comme stagiaire pour me faire mon expérience.

Pendant qu’il était nommé Ministre de l’Economie, j’étais élu Maire d’une ville de 31000 habitants qui comptait 57% de logements sociaux !

Oui, je pense que les parcours de vie permettent à chacun de voir le monde différemment, et le monde tel que le voient la plupart des français, le monde tel que je le vois n’est pas le même que celui que connait M Macron.

Et je pense qu’à un moment, cette France-là, la France des territoires, la France oubliée, celle qui travaille et ne se plaint pas doit être écoutée à Paris !

Elle doit faire entendre sa voix et je serai cette voix, je serai la voix des Français que Macron ne connait pas et je pense que j’aurais des choses à lui dire !

Je serai la voix d’un gouvernement de cohabitation qui parlera au nom des français, de tous les français et pas seulement de ceux vivent en centre-ville!

Cette voix, il n’appartient qu’à vous de vous en doter ! Cette voix qui portera dans l’hémicycle, qui vous défendra, qui défendra nos territoires, je vous demande de m’aider à la faire entendre !

Ce n’est pas un combat facile auquel je vous associe, ce n’est pas une mince affaire que de sortir la gauche de cette circonscription.

Mais les combats qu’on perd à coup sûr sont ceux que l’on ne mène pas.

Alors à vos côtés, nous allons gagner ! A vos côtés, nous allons sortir la 7ème circonscription de l’ornière !

Et avec toi Laurent, avec vous tous, nous apporterons notre pierre à la reconstruction du pays tout entier !

Vive la République ! Vive la France !"
... ExpandVoir Moins

Voir sur Facebook

Photos / Vidéos

Vidéo à la Une

Biographie

vincendet_alexandreAlexandre Vincendet, né le 6 octobre 1983 à Ambérieu-en-Bugey, est un homme politique français membre du parti Les Républicains.
Il a suivi des études de droit et Science politique. Il est diplômé en Stratégies et Décisions Publiques et Politiques de l’Institut supérieur du management public et politique (ISMaPP Paris).

Engagé dans la vie politique en 2004 auprès d’Etienne BLANC DéputéMaire de Divonne-les-Bains. Il s’est tout d’abord impliqué comme militant dans l’Ain et a contribué à de nombreuses campagnes électorales auprès d’élus de rang régional et national dont Jean-François Copé,  comme chargé de mission à la Direction des Fédérations puis responsable des adhésions au plan national du parti Les Républicains). Il a rejoint en 2013 Philippe Cochet, députémaire de Caluire-et-Cuire auprès duquel il a travaillé durant plus d’un an comme chargé de mission, il a notamment coordonné les événements de l’année de la commémoration Jean Moulin.

En mars 2014, sept mois après son investiture, il remporte les élections municipales à Rillieux-la-Pape. Le 30 mars 2014, il est élu maire avec 48.79% des voix.

Le 14 janvier 2017, il reçoit l’investiture de son parti Les Républicains pour l’élection législative des 11 et 18 juin 2017 dans la 7ème circonscription du Rhône rassemblant les villes de Bron, Rillieux-la-Pape, Sathonay-Camp Sathonay-Village et Vaulx-en-Velin.

Alexandre Vincendet vit en couple et est père d’un enfant depuis 2016.

BT_Agenda

 

 

L’agenda des mois à venir:

Qu’est-ce qu’un député: quel est son rôle ?

 

Découvrez ou redécouvrez les missions de votre député

 

Un député en France est un élu qui siège à la chambre basse du Parlement, actuellement l’Assemblée nationale et anciennement l’Assemblée législative et la Chambre des députés. Depuis 1988, son élection — ainsi que celle de son remplaçant éventuel — se fait au suffrage uninominal universel direct dans le cadre des élections législatives qui se déroulent dans 555 circonscriptions en métropole et 22 circonscriptions outre-mer.

Jusqu’aux premières élections européennes au suffrage universel direct du Parlement européen, les députés européens étaient des députés nationaux envoyés pour siéger au Parlement européen pendant les sessions de la législature ; ils avaient donc un double mandat. Désormais, le cumul des deux fonctions n’est plus possible.

Sommaire

Description

Chaque député, bien qu’élu dans un cadre géographique déterminé, est le représentant de la Nation toute entière. Ainsi, à l’Assemblée nationale et dans sa circonscription, chaque député agit et parle au nom de l’intérêt général et non pas au nom d’un parti politique, d’un groupe d’intérêt ou d’une région et il n’a pas de mandat impératif1. La représentation des collectivités territoriales au niveau parlementaire est assurée par l’autre chambre du parlement (dite chambre haute), le Sénat, où siègent les sénateurs.

Son travail s’exerce à la fois à l’Assemblée et dans sa circonscription. Dans sa circonscription, le député est à l’écoute de ses concitoyens qu’il peut recevoir et également visiter. Il se fait l’écho de leurs préoccupations à l’Assemblée pour critiquer et faire progresser la législation et améliorer son application2.

Histoire

L’origine de la fonction de député remonte à l’Ancien Régime, avec l’institution des assemblées d’états généraux par Philippe le Bel en 1302. De telles assemblées étaient l’incarnation suprême du principe de « gouvernement par conseil » du Roi.

Assemblés par ordre (noblesse, clergé, tiers état), les députés étaient élus dans les bailliages et sénéchaussées du royaume et portaient dans des cahiers les doléances des habitants de ces circonscriptions (sorte de référendum par députation). Ils avaient donc un mandat impératif, raison pour laquelle on parlait de députés, et non de représentants.

Au début de la Révolution française, au sein des États Généraux convoqués par Louis XVI, une majorité de députés outrepassent radicalement cet ordre politique par deux décisions majeures qui bouleversent les principes jusqu’alors en place :

  • Ils transforment leur mandat impératif en mandat représentatif (naissance du gouvernement représentatif et abandon du système de doléances) ;
  • Et ils s’autoproclament « représentants de la nation assemblée » (d’où la notion d’Assemblée nationale), et non plus de leur seule circonscription.

À noter que, malgré l’abandon du mandat impératif d’Ancien Régime, le terme traditionnel de député a improprement été conservé par le système représentatif, alors que le terme de représentant (comme aux États-Unis) lui serait plus approprié.

Privilèges et immunités

Article détaillé : Immunité parlementaire en France.

En application de l’article 26 de la Constitution, le député, comme le sénateur, bénéficie d’un régime d’immunité parlementaire, qui peut être levée par le bureau de l’Assemblée nationale.

Incompatibilité

Les incompatibilités prévues pour les députés français sont de plusieurs ordres : l’article LO 142, du code électoral, a une clause générale qui interdit l’exercice des fonctions publiques non électives parlementaire ; il est une formulation appuyée sur une « jurisprudence administrative sur la notion de « service public » qui permet à peu la rigueur de l’interprète »3.

Indemnités et prérogatives diverses du député

Le député jouit de moyens matériels et financiers attachés à sa fonction4 : outre son « indemnité parlementaire » (5 246,81 euros net par mois, 7 100,15 euros brut), il bénéficie aussi d’une « indemnité représentative de frais de mandat » (IRFM, 6 412 euros/mois), pour payer les frais liés à son mandat, et d’un « crédit collaborateur » (jusqu’à 9 138 euros/mois), pour rémunérer un ou plusieurs assistants en poste à l’Assemblée. Il dispose également d’un bureau personnel, dont quelques-uns se trouvent encore dans l’enceinte du palais Bourbon mais la plupart sont situés au no 101, rue de l’Université, dans un édifice qui a été nommé immeuble Jacques Chaban-Delmas le ainsi que dans un immeuble situé au 3, rue Aristide-Briand, en face du Palais Bourbon. L’immeuble situé au no 233, boulevard Saint-Germain, acquis en 1983, n’abrite plus de députés, mais différents services de l’Assemblée ainsi que certains collaborateurs des groupes politiques. Le député bénéficie aussi de divers avantages en matière de transports, comme la gratuité des trajets SNCF en 1re classe, et de communications, d’une couverture sociale, d’une caisse vieillesse et d’une assurance chômage spécifiques.

La « réserve parlementaire » est une somme fléchée annuellement par les parlementaires d’un montant de base de 130 000 € sous le contrôle du rapporteur de la commission des Finances5. Son montant total est de 90 millions d’euros pour l’Assemblée nationale et 55 millions pour le Sénat en 20066. Le montant par député était jusqu’en 2012 très variable, de quelques milliers d’euros pour les nouveaux membres du Parlement jusqu’à dépasser 1 000 000 euros. L’affectation de cette réserve est à la seule appréciation des parlementaires. Elle est utilisée pour cofinancer des projets de collectivités territoriales ou d’associations5,7.

Depuis 2011, les parlementaires peuvent consulter le Déontologue de l’Assemblée nationale pour éviter les conflits d’intérêts8. Ce dernier et le président de l’Assemblée nationale proposent d’encadrer et d’assurer la publicité de l’action des clubs parlementaires qui sont animées par des entreprises de relations publiques9. Créée en 2013, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) contrôle les déclarations de patrimoine des élus10.